Échanges d’un autre temps : vive les lettres !

Récits de vie épistolaires

À la veille du départ de mon fils pour l’Espagne vers une aventure Erasmus, et alors que je suis délicieusement plongée dans l’accompagnement à l’écriture d’un récit de vie ponctué de magnifiques lettres d’amour (datant de l’après-guerre), je me suis demandé à quoi je devais un si fort attachement aux échanges épistolaires.

Ayant connu les deux modes de communication, je me permets de les comparer. Certes, les messages reçus aujourd’hui sont toujours attendus avec impatience et font très plaisir, mais ils sont teintés de….comment dire…un petit « goût de trop peu ». L’émotion ressentie à l’écoute du petit « cling », notification sonore informant de la réception d’un texto à coup sûr lacunaire, est à mon sens en rien comparable à celle qui m’inondait lorsque, éloignée des miens, je guettais – le cœur battant – le passage du facteur.

L’espoir fait vivre, dit le dicton. C’est vrai. Les jours « avec », je reconnaissais immédiatement l’écriture sur les enveloppes que je m’empressais d’ouvrir : une amie, un amour, ma maman…les 3 à la fois les jours pléthoriques…bonheur absolu ! Je buvais leurs mots qui m’accompagnaient des jours durant, et j’avais hâte de leur répondre à mon tour.

À défaut de poursuivre ces échanges d’un autre temps en l’absence de correspondants (prenez-le comme une invitation ! ;-)), je compense parfois par la lecture d’écrits épistolaires d’autrui, fictifs ou réels, classiques ou plus actuels…parmi mes préférés : Les lettres de Madame de Sévigné, Les Liaisons dangereuses, la correspondance entre Albert Camus et Maria Casarès, ou encore l’échange d’opinions et de ressentis sur la crise que nous traversons entre l’auteur Pablo Servigne et le dessinateur suisse Tom Tirabosco Le Grand chambardement.

Écrire des lettres me manque tellement que j’en arrive à inventer des nouvelles épistolaires, comme dans le recueil Raconte-moi une histoire, où les anecdotes des résidents d’un Ehpad sur leur jeunesse des années 50 en Vendée m’ont inspiré ce récit : Battages et mariage

Nouvelle inspirée de collecte de témoignages

Et vous, quel rapport entretenez-vous avec les lettres d’antan ? En avez-vous écrit ? Vos parents et grands-parents en ont-ils échangé ? Les ont-ils conservées ?



				

Lire la suite

Qui a eu cette idée folle…d’unir Ehpad et école ?

Recueil de nouvelles – Callitext

Eh bien, ce sont les flamboyantes Ludivine Lecoq, directrice, et Claire Garcia, animatrice, de la joyeuse résidence des Genêts en fleurs dans la ville des Herbiers, en Vendée !

Je n’ai fait que leur prêter ma plume pour cristalliser dans un livre, dont nous sommes si fières, des histoires envisagées à la fois comme des témoignages du vécu de nos anciens et des récits distrayants pour tous : enfants, parents, grands-parents et arrière-grands-parents (si, si, c’est possible ! Si vous le lisez, vous découvrirez de quelle manière :-)). Un livre autour duquel et dans lequel pourraient se retrouver toutes les générations d’une même famille.

Sommaire de « Raconte-moi une histoire »
Raconte-moi une histoire 1

Cette belle aventure humaine se matérialise par un recueil de nouvelles, merveilleusement illustrées par les enfants de la classe de CE1-CE2 de l’école de la Métairie aux Herbiers, portés par leur enseignante inspirée et inspirante, Sylvie Baudry, également à l’origine de ce nouveau concept, qui s’inscrit dans une volonté de transmission et d’échanges de paroles, de regards et de savoirs intergénérationnels.

Que se passait-il donc dans la tête de ces jeunes enfants lors de nos rencontres mensuelles, tandis qu’ils interrogeaient et recueillaient les anecdotes des résidents, pour la plupart nés au début du siècle dernier ? C’est ce que je me demande car, soyons clairs, tous les mots entendus ne leur étaient pas connus (encrier, battoir, fressure, cortège…), et pourtant ! Par quelle magie ont-ils su transcrire parfaitement en images les veillées d’antan, les fêtes et les objets aujourd’hui disparus, les écoliers en culotte courte parcourant bravement les kilomètres qui les séparaient de l’école dans leurs sabots de bois ?

Dessin de veillée

J’ai bien ma petite idée là-dessus ! 😉 Je suis convaincue qu’au-delà des mots, les enfants ont capté et ancré dans leur être la voix du coeur de leurs aînés. Une communication de coeur à coeur, d’humain à humain, par-delà les âges, intemporelle.

Première rencontre à l’Ehpad

Lire la suite

Las 100 dudas más frecuentes del FRANCÉS

Auteurs : Christelle Pierre, Marie-Christine Merceur, Thomas Bosc (Collaboration de Marion Meynadier)

 

Tu étudies le français, et tu voudrais connaître le moindre secret de la langue de Molière…mais tu te dis : « 500 dudas », ça fait tout de même beaucoup d’un coup…

J’ai une bonne nouvelle pour toi !!! Tu peux commencer par la version « light » qui vient de paraître chez Espasa : « Las 100 dudas más frecuentes del FRANCÉS »

Voici deux extraits de ce que tu peux y découvrir…

Quelle préposition après ces verbes ?   

Trucs et astuces pour distinguer les principaux homophones :

Partageras-tu tes impressions avec nous ?

 

Marie-Christine Merceur

 

 

 

 

Lire la suite

¡Qué fácil es aprobar el francés!

Oh la la ! Se están acercando los exámenes de francés, y no estoy (o mi hija, mi hijo no está) al día…

No pasa nada, con mi eterna cómplice, Marie Fortes, hemos elaborado los libros que serán la clave de tu éxito. Ya verás cómo estudiar francés te va a resultar ameno, hasta divertido ;-)…

¡Disfruta con el aprendizaje de la lengua francesa! 🙂

 

Marie-Christine Merceur

Lire la suite

L’espagnol en 2nde pro

 

Cette année à nouveau, les Éditions Delagrave m’ont confié la relecture de l’ouvrage « Pásalo bien, 2de Bac Pro ». J’ai pu redécouvrir en profondeur les atouts de ce manuel d’espagnol destiné aux lycéens des filières professionnelles (Lycées professionnels & CFA).

J’ai d’emblée été séduite par la clarté, le côté aéré (néanmoins riche) des pages, ainsi que par la variété des activités proposées aux élèves.

Les consignes sont exprimées très simplement, les activités sont dynamiques, les photos nombreuses et j’ai un faible pour les cartes mentales qui aident les élèves à trouver des idées et à structurer leurs présentations.

Je pourrais en dire bien davantage encore, comme le côté pratique, pour tous, des fiches détachables.

Un grand merci à l’équipe d’éditrices des Éditions Delagrave pour leur confiance et pour leur sympathie ;-)…

Marie-Christine Merceur

Lire la suite

¡Pásalo bien!, l’espagnol en lycée pro

Grâce aux Éditions Delagrave, qui m’ont confié la relecture de l’ouvrage « Pásalo bien », en collaboration avec Vanessa Colnot, j’ai pu découvrir en profondeur les atouts de ce manuel d’espagnol destiné aux lycéens des filières professionnelles [A2+ > B1].

J’ai d’emblée été séduite par la clarté, le côté aéré (néanmoins riche) des pages, ainsi que par la variété des activités proposées aux élèves.

Je trouve extrêmement judicieux d’avoir mis à la disposition des apprenants, dans le rabat de la couverture, des modèles de conjugaison des verbes au présent, de même que de précieux outils tels que les mots interrogatifs et d’autres expressions qui invitent aux échanges.

Les consignes sont exprimées très simplement, les activités sont dynamiques, les photos nombreuses et j’ai un faible pour les cartes mentales qui aident les élèves à trouver des idées et à structurer leurs présentations.

Je pourrais en dire bien davantage encore, comme le côté pratique, pour tous, des fiches détachables.

Enfin, nul doute que les étudiants auront envie de confronter leurs connaissances au moyen du jeu « Adivina » que l’éditeur a mis à la disposition des enseignants !

N’hésitez pas à exprimer ici ce que vous pensez de ce nouveau manuel scolaire…

Un grand merci à l’équipe d’éditrices des Éditions Delagrave pour leur confiance et pour leur sympathie ;-)…

 

 

Marie-Christine Merceur

Lire la suite

Fête du Livre à Saint-Philbert de Grandlieu (44)

 

Lorsque j’ai appris – via Mobilis [Pôle régional des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire]- qu’un Salon du Livre allait se tenir quelques jours plus tard à Saint-Philbert  de Grandlieu, qui plus est, sur le site de l’Abbatiale, je me suis réjouie pour au moins 3 raisons :

  • Parce que c’est près de chez moi
  • Parce que s’agissant d’un petit Salon, les auteurs et éditeurs allaient sûrement être accessibles, il serait facile de discuter avec eux
  • Parce qu’il faut saluer toutes les animations culturelles qui se déroulent en dehors des grandes villes

 

Je n’évoquerai ici que la rencontre professionnelle « Nos rentrées buissonnières », célébrée le vendredi 29 septembre dans une salle bondée de bibliothécaires, d’étudiants, de libraires, etc.

Pour ma part, je m’y suis rendue en qualité à la fois de :

traductrice, correctrice, lectrice, acheteuse de livres et curieuse invétérée. 🙂

Ah, et auteur aussi, c’est vrai ! J’oublie toujours…peut-être parce que je ne suis pas (encore) romancière…

Par bonheur, j’ai réussi à terminer une traduction à temps pour ne pas manquer la présentation des intervenants. Outre l’animateur, Guénaël Boutouillet, quatre éditrices ligériennes nous ont fait part de leurs expériences.

Voici ce que j’ai retenu de leurs interventions sur la chaîne du livre :

 

(suite…)

Lire la suite

L’ATELIER DU ROMAN

 

Un beau matin, il y a quelques semaines, j’ouvre ma boîte aux lettres et oh, surprise, j’y découvre une grande enveloppe qui semble contenir un livre…Très intriguée, je constate en effet que le colis provient d’une maison d’édition avec laquelle il me semble ne pas avoir travaillé encore…Tiens, tiens…

Je poursuis mon enquête, tout doucement, pour faire durer le plaisir du mystère. L’enveloppe dévoile le nom de l’éditeur : Pierre-Guillaume de Roux. Elle s’ouvre sur un magnifique ouvrage au titre attrayant :

« L’ATELIER DU ROMAN », sous-titré « LE MIRACLE MEXICAIN ».

De plus en plus intéressant…Là, ma curiosité est à son comble, mais je me demande encore pour quel motif je reçois ce beau cadeau assorti d’une carte où je lis :  (suite…)

Lire la suite