Encuentro con Flavia Onís, una autora viajera

 

Nos hace mucha ilusión presentaros a Flavia Onís y su obra, la Trilogía de las 5 de la tarde. Nuestros pasos se cruzaron hace muchos años en la Alianza francesa de Madrid, como profesoras. La magia de Granada nos ha puesto de nuevo en contacto y me ha hecho descubrir a la autora de una obra apasionante, que nos lleva tras los pasos de protagonistas misteriosos y algo inquietantes por parajes tan fascinantes como Andalucía, Colombia o Marruecos

 

¿Desde cuándo escribes, Flavia?

Durante algunos años colaboré con periódicos y revistas argentinas e italianas. Además traduzco del francés y del italiano, que es otra forma de escribir. Hace diez años me planteé seriamente escribir una novela. El resultado no me gustó. Un año más tarde la reescribí con bastante esfuerzo porque el trabajo no me dejaba mucho tiempo libre. Hace cinco años, ya instalada en Granada, reincidí y terminé la Trilogía de las 5 de la tarde.

 

 

 

 

¿Puedes contarnos cómo trabajas como escritora, tu forma de proceder, tu ritmo de trabajo?

Me exijo una página diaria como mínimo. Una vez acabadas mis obligaciones, me pongo a escribir, me concedo un rato sin teléfonos ni interrupciones de ningún tipo.

 

(suite…)

Lire la suite

L’amour en chiffres…

ob_073ad9dfff6e81866fbb0da1ccf9b61c_20121030145705548b

 

 

IMG_20140711_160420Juste pour le fun, petit exercice inspiré de l’ouvrage Expressions idiomatiques français-espagnol, publié chez Espasa (Grupo Planeta), où avec mon amie Marie Fortes, nous avions regroupé les expressions imagées par catégories : animaux, parties du corps, etc. Ici, avec mes deux complices de Callitext Traductions, à partir d’une petite histoire inventée, nous avons voulu vérifier si des expressions idiomatiques françaises basées sur des chiffres étaient également traduites en anglais et en espagnol par des expressions « à chiffres ». Alors, que constatez-vous ?

 

L’AMOUR EN CHIFFRES…version française

Steffie est une jeune femme bien dans son époque. Jamais la dernière pour faire la fête, elle n’en est pas moins romantique. Et du haut de ses 28 ans, elle se met en quatre pour trouver sa moitié. Toutes les occasions sont bonnes pour de nouvelles rencontres et justement, ce soir, sa copine Eva organise une de ces soirées, si tendance, où chacun invite une connaissance de son choix, cependant inconnue des autres.

Que c’est excitant ! Dès qu’elle l’a su, ni une ni deux, Steffie s’est dit : « Ça y est, c’est reparti comme en quarante ! Aujourd’hui, j’en suis sûre, c’est la bonne, je vais rencontrer mon prince charmant ! Bientôt, lui et moi, nous ne ferons plus qu’un ! Maintenant, il faut que je m’organise pour cette soirée vitale. Bon, je ne vais pas chercher midi à quatorze heures, non plus, restons simple et zen. Bien sûr, il faut que je me mette sur mon 31, si je ne veux pas être mise en quarantaine, mais à part ça…

J’appelle Eva, il faut qu’elle me dise ce que je dois apporter. Je suppose qu’on va faire un apéro-dînatoire, comme d’habitude. »

– Salut Eva, t’es où ?

– C’est toi, Steffie ? Dans le bus, j’ai failli le louper, c’était moins une !

– Je t’appelle pour ce soir. Qu’est-ce que tu veux que j’apporte ? Bon, je te rappelle quand même, que la cuisine et moi, ça fait deux

– T’inquiète…Tu peux faire un taboulé ? Mais n’en fais pas trop, le but de la fête, ce n’est pas de manger comme quatre, mais de trouver chaussure à son pied…

– Qui tu invites, toi ?

– Tu ne le connais pas, mais c’est un homme de première ! Il est beau et sympa comme pas un ! Je suis sûre qu’il va te plaire en moins de deux.

– Tu crois que tu as donné dans le mille cette fois ? Parce qu’à chaque fois, tu me promets monts et merveilles, mais je reste toujours sur ma faim. Espérons que pour une fois, à la fin de la soirée, je ne me dise pas : « Un de perdu, dix de retrouvés ! »

 

(suite…)

Lire la suite