Quid de l’orthographe dans la presse ?

Presse, orthographe et correction

 

« …croît savoir certains… »

Comme souvent en première heure, je viens de lire des articles d’accès libre, de différents journaux français et espagnols.

J’aborde toujours ce passage en revue matinal avec enthousiasme, anticipant les bénéfices qu’il va me procurer : enrichir mes connaissances, enrichir mon vocabulaire, enrichir mon esprit critique, etc.

De ces points de vue, je suis rarement déçue à la lecture de la presse espagnole, fluide, heurtée par peu d’obstacles. Mais qu’en est-il de ma lecture des journaux français ?

Force m’est de constater que depuis quelque temps, tous les journaux et magazines ont en commun une caractéristique qui me gêne, me trouble et, je l’avoue, me gâche un peu le plaisir de la lecture : les fautes d’orthographe et de grammaire y abondent ! Ce ne sont pas des fautes de frappe, non, elles dénotent bien une méconnaissance de la langue.

 

e278v

 

À l’ère du « pas de temps à perdre », les articles sont probablement rédigés la nuit, à la va-vite. Et quand bien même ?

La correction professionnelle suppose un budget. Vraiment ?

Chaque média se dit sûrement : les autres se passent de correcteurs (humains), nous aussi…Fort bien.

Résultat – du moins en ce qui me concerne, mais suis-je vraiment la seule dans ce cas ? – : il m’arrive d’abandonner la lecture d’un article en cours de route, tant ces erreurs à répétition m’écorchent l’œil et parfois l’oreille. La forme ainsi malmenée ne m’incite pas à prendre au sérieux le fond, discrédite le journal à mes yeux. Je ne peux me résoudre à payer pour cette lecture car selon moi, cela reviendrait à cautionner ce laxisme, qui me fait presque l’effet d’un manque de respect à l’égard du lecteur.

De grâce, les médias, faites appel à des relecteurs éclairés ! Vous verrez, vous y gagnerez.

Marie-Christine