Fête du Livre à Saint-Philbert de Grandlieu (44)

 

Lorsque j’ai appris – via Mobilis [Pôle régional des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire]- qu’un Salon du Livre allait se tenir quelques jours plus tard à Saint-Philbert  de Grandlieu, qui plus est, sur le site de l’Abbatiale, je me suis réjouie pour au moins 3 raisons :

  • Parce que c’est près de chez moi
  • Parce que s’agissant d’un petit Salon, les auteurs et éditeurs allaient sûrement être accessibles, il serait facile de discuter avec eux
  • Parce qu’il faut saluer toutes les animations culturelles qui se déroulent en dehors des grandes villes

 

Je n’évoquerai ici que la rencontre professionnelle « Nos rentrées buissonnières », célébrée le vendredi 29 septembre dans une salle bondée de bibliothécaires, d’étudiants, de libraires, etc.

Pour ma part, je m’y suis rendue en qualité à la fois de :

traductrice, correctrice, lectrice, acheteuse de livres et curieuse invétérée. 🙂

Ah, et auteur aussi, c’est vrai ! J’oublie toujours…peut-être parce que je ne suis pas (encore) romancière…

Par bonheur, j’ai réussi à terminer une traduction à temps pour ne pas manquer la présentation des intervenants. Outre l’animateur, Guénaël Boutouillet, quatre éditrices ligériennes nous ont fait part de leurs expériences.

Voici ce que j’ai retenu de leurs interventions sur la chaîne du livre :

 

 

 

L’Atalante (Soledad Ottone) : à la fois librairie et maison d’édition. Littératures de l’imaginaire (ciné, fiction, polars). Environ 700 titres en catalogue.

Ici même (Bérangère Orieux) : Romans graphiques, 25 titres, pas de séries, ne publient que des auteurs étrangers. Présents au Festival d’Angoulême.

Les Minots (Angéline Chusseau) : Jeunesse. A fait part du rôle du distributeur dans le choix des dates de publication des livres. Les bloggeurs aident beaucoup à faire circuler l’information sur les publications, ainsi que les services de presse spécialisés.

Lanskine (Catherine Tourné) : Poésie. A souligné le rôle particulièrement important du CNL (Centre national du livre) dans la publication d’œuvres littéraires.

Par ailleurs, Caroline de Benedetti (association Fondu au noir), les libraires Marie Bouget (Les mots doux) et Angélique Anconetti (Maison de la presse) étaient venues nous parler de leur métier, la gestion et l’organisation d’une « petite » maison d’édition : planification des publications, choix des livres à publier, spécialisations…et nous expliquer comment, à l’heure de la rentrée littéraire, elles essaient de se faire une petite place aux côtés des inévitables grandes enseignes et grands noms de l’univers éditorial.

Comme toujours, lorsque j’écoute des acteurs du monde des livres, je suis charmée par le ton feutré qu’ils emploient – comme s’ils craignaient d’interrompre une lecture – ; ils dégagent toujours une telle douceur, une véritable invitation à l’évasion, l’espace d’un Salon…

Marie-Christine Merceur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *