500 dudas del francés : les faux amis

500 respuestas a las dudas que se plantean
todos los que están aprendiendo francés o quieren mejorar
su dominio y conocimiento de esta lengua

Un titre en espagnol ! Comme c’est étrange ! Pas vraiment en fait car l’ouvrage « Las 500 dudas más frecuentes del francés » a été conçu pour les apprenants hispanophones qu’ils soient débutants ou pas. Construit sous forme de questions/réponses, « Las 500 dudas más frecuentes del francés » aborde aussi bien des points de grammaire que de vocabulaire en passant par la prononciation ou encore la conjugaison.

Que diriez-vous d’un petit extrait sur les faux amis entre le français et l’espagnol ? (Duda nº437)

 

 

¿Se puede hablar de l’âge officiel de la jubilation?

¡Esperemos que no! Sería muy triste que limitaran oficialmente la jubilation a una determinada edad, en lugar de premitirnos disfrutar de ella durante toda la vida. Jubilación es un sinónimo de « alegría ».

Le prince ressentit une véritable jubilation en voyant la princesse ouvrir les yeux.

La jubilación es la retraite.

Quel est l’âge de la jubilation en France ?

Quel est l’âge de la retraite en France ?

Al hilo de esto, se puede añadir aquí que tampoco hay que confundir retraite con el término español retrete. Como se acaba de explicar, la retraite significa « la jubilación » mientras que el retrete se traduce por les toilettes (fem.pl.) o les W.-C. (masc.pl.).

 

Les frères Dalton ont caché leur butin dans la retraite.

Les frères Dalton ont caché leur butin dans les toilettes.

Veamos otras palabras de la vida cotidiana y familiar que pueden interpretarse mal debido a su parecido con vocablos españoles.

 

Mamie. Mamie no es el nombre cariñoso para maman, sino que significa « abuelita »:

Mamie, tu veux bien me faire un petit frère ?

Maman, tu veux bien me faire un petit frère ?

Le Petit Chaperon Rouge apporte un panier de victuailles à sa mamie

 

Macho. El término Macho en francés designa a un hombre machista.

Les féministes combattent les attitudes des machos.

El opuesto a femelle (« hembra ») es mâle:

Comment appelle-t-on le macho de la poule ?

Comment appelle-t-on le mâle de la poule ?

 

Obsèques. La palabra obsèques (se usa en plural) no tiene el significado de « obsequio, regalo », que se traduce por un cadeau:

La sorcière offre une pomme à Blanche-Neige en guise d‘obsèques.

La sorcière offre une pomme à Blanche-Neige en guise de cadeau.

Les obsèques son los funerales:

Après les obsèques de son époux, la femme de Barbe Bleue se maria avec un honnête homme.

Cabe añadir que la palabra régal tampoco significa « regalo »; se refiere a una comida deliciosa.

Cette magnifique pomme serait un régal si elle n’était empoisonnée.

 

 

Lire la suite

Professionnelle des langues polyvalente, un frein ou un atout ?

 

spider-web-617769__180À l’occasion d’une rencontre SFT Grand-Ouest lundi dernier à Nantes, où j’ai été heureuse de retrouver l’accueil chaleureux de traducteurs que je fréquentais avant de me consacrer plus pleinement à l’enseignement pendant 4 ans, j’ai été amenée à m’interroger à nouveau sur cette question cruciale : mon activité est-elle clairement définie aux yeux des autres ?

Aujourd’hui, alors que j’ai décidé de consacrer la journée à faire de la prospection, cette question s’impose nouvellement à moi, accompagnée de son interrogation corollaire : « Au fait, quelles sont mes priorités ? À quels clients potentiels dois-je m’adresser, là, tout de suite ? » La première image qui me vient à l’esprit est celle d’une sorte de toile d’araignée, sauf que la toile d’araignée en question semble trop parfaitement agencée.

Peut-être que l’image d’une chaîne en or, égrenée de perles (restons modeste, j’aurais pu dire pierres précieuses !) qui représenteraient chacune de mes activités professionnelles serait alors une image plus adaptée. Une chaîne complètement enchevêtrée, cela va sans dire. Le défi consiste alors à trouver le moyen de tout démêler efficacement, afin de dégager ces fameuses priorités. (suite…)

Lire la suite

Paseando por Madrid, en mode « bi-langue »

 

2015-04-22 10.28.04 - Copie

Madrid, 22 avril 2015

Je vais tâcher d’écrire dans le bus (le nº 53)…heureusement assise…, mais ce n’est pas évident…

Nous voilà à Madrid à nouveau, 4 ans après notre dernière visite. Quel plaisir, quel bonheur, retrouver les amis de toute une vie. Le temps passe, mais ne les change pas, toujours la même chaleur, le même amour partagé, le même accueil si enthousiaste.

Le ciel azur est à peine parsemé de nuages blancs. Les odeurs m’envahissent, pêle-mêle, sans filtre. Si différentes de ma verdoyante Loire-Atlantique. Comment les définir ? Un âcre mélange de poussière (oups, nous longeons la Plaza de Toros), de transpiration, de plastique chauffé et de gaz…

Sur la place de Ventas, une longue file attend patiemment son tour pour acquérir les mythiques billets “Sol y Sombra”…il est vrai que nous approchons des fameuses fêtes de San Isidro. Une jeune femme en blouse blanche accompagne un vieux Monsieur, qui peine à mettre un pied devant l’autre. Aucun signe de stress là non plus, sommes-nous vraiment dans une capitale européenne ? (suite…)

Lire la suite