New book to translate: Comment tout peut s’effondrer

 

comment_tout_peut_s'effondrer

Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer : 

Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes

Seuil, “Anthropocène”, 2015, 304 p.

Como puede colapsar todo: pequeño manual para el uso de las generaciones presentes sobre “colapsología”  o ciencia del colapso de la civilización industrial de Pablo Servigne y Raphael Stevens

 

¿Por qué queremos traducir este libro al castellano? ¿Por qué creemos que los hispanoparlantes tienen que leerlo? ¿Por qué es tan importante? Como siempre más preguntas que respuestas, aunque en este caso los autores ya nos desvelan, a lo largo de este libro, algunas respuestas vitales sobre el colapso de nuestra civilización industrial y cómo enfrentarlo.

 

Es un libro que no te conduce a la depresión sino a la acción. No habla del apocalipsis sino de un declive civilizatorio, debido a un crecimiento insostenible, que podemos aprovechar como una oportunidad para hacer algo nuevo. (suite…)

Lire la suite

« En la espiral de la energía », effondrements et transitions

 

portada vol 1

Dans le cadre de nos activités de traduction et de correction, nous vous présentons en français notre rencontre avec Luis González Reyes, co-auteur de l’œuvre « En la espiral de la energía », ouvrage que l’on pourrait qualifier d’encyclopédique tant la réflexion et la documentation sur des thèmes d’une actualité brûlante (écologie, changements sociétaux, développement durable et équitable, énergies renouvelables, etc.)  y est abondante et approfondie.

 

Traduction de l’interview d’Esther

Luis González Reyes se consacre à la formation et à la recherche en matière d’écologie et de pédagogie. Il est membre de Ecologistas en Acción, dont il a été co-coordinateur pendant 9 ans et c’est là que j’ai fait sa connaissance. Outre les conférences et les formations qu’il impartit, il a collaboré à divers ouvrages d’écologie sociale. Il vient de publier un livre, dont j’ai eu l’honneur de participer à la relecture et à la correction : « En la espiral de la energía ».

(suite…)

Lire la suite

Échanges linguistiques

 

IMG_20140831_184308_3

 

DSCF6113En cette période de rentrée, je ne peux m’empêcher de me replonger un an en arrière et me souvenir de celle qui fut ma « fille adoptive » pendant 3 mois, Jule. Quelle belle expérience ! Si c’était à refaire…

Mon fils aîné a eu la chance de pouvoir commencer à étudier l’allemand à l’école primaire. Nous vivions pourtant à ce moment-là à l’extrême-ouest de la France, à Brest (peu après notre retour d’Espagne).

La chance, oui. Ayant enseigné à cette même époque l’espagnol à des classes de CE2 et de CM1, je puis affirmer que les élèves prennent beaucoup de plaisir à communiquer dans leur nouvelle langue (quelle qu’elle soit) qu’ils étudient de façon essentiellement ludique.

Il a eu de la chance à nouveau que le directeur de sa nouvelle école (en Loire-Atlantique cette fois) fasse son possible pour qu’un professeur d’allemand vienne faire cours à pourtant peu d’élèves de l’établissement.

De la chance encore qu’à son entrée en 6e il existe une toute nouvelle classe bilangue, allemand-anglais dans son collège. Et comme si elle le poursuivait, tandis qu’il réfléchissait à son orientation et que ses enseignants l’encourageaient à approfondir encore sa maîtrise de la langue germanique, il a appris qu’un autre professeur d’allemand avait eu le courage (oui, oui, le courage car cela demande un investissement énorme de monter ce genre de projets) d’ouvrir une section Abibac un an auparavant dans un lycée de Vendée, pas trop loin de chez nous.

Bien sûr, il n’a pas encore son double diplôme en poche, mais il peut déjà bien communiquer dans plusieurs langues (en anglais aussi) et il connaît 2 cultures différentes, 2 modes de vie, c’est déjà un avantage énorme.

Justement, revenons à cet échange obligatoire du cursus au lycée et à notre petite Jule. Bon, petite, c’est une façon de parler car elle était la plus grande de la famille, du haut de ses 14 ans !

En quoi ces séjours dans la famille et l’établissement scolaire de son correspondant sont-ils le plus profitables ? (suite…)

Lire la suite